oméga-3

Acides gras oméga-3

Les oméga-3 sont utilisés dans l’élaboration d’acides gras hautement insaturés et d’eicosanoïdes de série 3. Ces substances ont des effets favorables sur la composition des membranes cellulaires ainsi que sur de nombreux processus biochimiques de l’organisme : la régulation de la tension artérielle, l’élasticité des vaisseaux, les réactions immunitaires et anti-inflammatoires, l’agrégation des plaquettes sanguines.

Parmi les oméga-3, seul l’acide alpha-linolénique (AAL) est qualifié d’« essentiel ». En effet, les autres acides gras oméga-3 peuvent être synthétisés par le corps à partir de l’AAL. Il est particulièrement présent dans l’huile et les graines de lin et de chanvre, ainsi que dans l’huile de canola (colza) et de soya.

L’acide eicosapentaénoïque (AEP). Le corps humain peut le synthétiser à partir de l’acide alpha-linolénique, bien que le taux de conversion soit très faible. Il est donc important de consommer des aliments riches en AEP, notamment certains poissons gras.

Les populations qui consomment de grandes quantités de poisson (les Inuits du Groenland et les Japonais, par exemple) sont nettement moins touchées par les maladies cardiovasculaires.

Par ailleurs, l’AEP se transforme en eicosanoïdes de série 3, des substances qui contribuent à la protection des artères et du coeur et qui ont des effets anti-inflammatoires et anti-allergiques reconnus.

L’acide docosahexaénoïque (ADH). L’ADH est également présent dans les produits marins, plus particulièrement dans certains poissons gras.

Il joue un rôle fondamental dans le développement du cerveau et de la rétine ainsi que dans la formation et lamotilité des spermatozoïdes.

Voir notre fiche sur l’huile de poisson pour un tour d’horizon complet des nombreuses recherches scientifiques dont l’AEP et l’ADH ont fait l’objet.

Nos besoins en oméga-3

Les oméga-3 et leurs propriétés font l’objet de nombreuses recherches chaque année, ce qui entraîne une évolution rapide et des mises à jour fréquentes dans les recommandations nutritionnelles à leur sujet. Voici un bref état de la situation.

Plusieurs pays, ainsi que l’Organisation mondiale de la Santé, ont émis des recommandations au sujet de l’apport en oméga-3, qui se résument ainsi :

  • AAL : de 0,8 g à 1,1 g/jour
  • AEP + ADH : de 0,3 g à 0,5 g/jour

En 2004, un comité réunissant des experts internationaux a fixé l’apport idéal en AAL à 0,7 % des kilocalories quotidiennes, soit 1,5 g par jour pour une alimentation fournissant 2 000 kilocalories. Ces experts recommandent également un apport minimal de 500 mg par jour d’AEP/ADH pour le maintien d’une bonne santé cardiovasculaire.

En Amérique du Nord, l’apport suffisant en AAL est, pour l’instant, fixé à 1,1 g par jour pour les femmes, et à 1,6 g pour les hommes, soit environ 0,5% de l’apport énergétique3. Aucun apport n’est fixé pour l’AEP/ADH. Ces recommandations sont critiquées par certains experts, qui les estiment insuffisantes pour permettre une réduction des maladies coronariennes en Amérique du Nord.

Les sources alimentaires

Pour obtenir 1,3 g d’oméga-3 d’origine végétale (AAL)Pour obtenir 1,3 g d’oméga-3 d’origine marine (AEP + ADH)
½ c. à thé (2 ml) d’huile de lin2 c. à thé (10 ml) de graines de lin broyées.2 c. à thé de graines de chia*1 c. à table (15 ml) d’huile de canola¼ tasse (60 ml) de noix de Grenoble1½ c. à table (22 ml) d’huile de soya13 g de graines de chanvre 50 g de maquereau de l’Atlantique65 g de saumon atlantique d’élevage80 g de saumon rose ou rouge en conserve80 g de hareng de l’Atlantique ou du Pacifique130 g de thon blanc ou germon en conserve130 g de sardines en conserve 

Sources : USDA National Nutrient Database for Standard Reference.
*Extenso

Note. Depuis quelques années, on trouve des oeufs oméga-3 dans le commerce. Ils sont pondus par des poules dont la moulée est enrichie en graines de lin, ce qui, comparé aux oeufs ordinaires, multiplie par dix leur teneur en oméga-3 : un oeuf enrichi comble de 25 % à 35 % des besoins quotidiens en oméga-3.

En complément alimentaire, les bienfaits des omega-3

Les acides gras essentiels sont ainsi baptisés parce que l’organisme ne peut pas les synthétiser lui-même. Il faut les trouver dans l’alimentation, les suppléments ou les compléments alimentaires. Typiquement les oméga-3 et oméga-6 permettent le bon fonctionnement des systèmes cardio-vasculaire, cérébral, inflammatoire, hormonal, etc. Aussi, chacun de ses familles d’acide gras ont des propriétés, par exemple les oméga-3 sont de bons alliés pour réduire le taux de triglycérides dans le sang. Les besoins en oméga-3 (plus précisément en acide alpha-linolénique) sont entre 0,8 et 1,1 g/jour. En ce qui concerne les oméga-6, leur apport devrait être équivalente à 2% de la quantité de kilocalories ingurgitée par jour.